Ce site est impulsé par climat05, petite association basée dans les Hautes-Alpes. Nous sommes encore une toute petite équipe et sommes actuellement très actifs sur 2 registres.

Ces dernières semaines sont consacrées au travail pour faire cesser une pollution climatique en cours dans les Hautes-Alpes et sensibiliser aux pollutions de même nature (émissions injustifiées de méthane dans les décharges : une contribution inacceptable au réchauffement climatique).

Le site quelclimat.fr (“QC”, comme “que choisir”) est ramené aujourd’hui à une page principale, la page d’accueil sur laquelle vous êtes, divisée en 3 parties (la pollution à Sorbiers / climat punitif / le projet “quelclimat”). Est ajouté ce 10 mai une page « adaptation » (« adaptation sans atténuation, piège à cons »)

Ci-dessous une présentation raccourcie à l’extrême de la pollution en cours que nous combattons …. et le lien vers le site où nous en disons plus : 

ISDND.webnode.fr

Les déchets ensevelis dans les décharges produisent massivement du “biogaz” contenant pour moitié du méthane. Le méthane est un puissant gaz à effet de serre dont la contribution au réchauffement en cours est sans cesse révisée à la hausse (20%, 25%, 30% …)

La réglementation impose depuis 1997 aux décharges de traiter le biogaz avant rejet dans l’air. Le principal objet du traitement obligatoire du biogaz est d’assurer la destruction du méthane avant rejet des gaz dans l’air. Actuellement, ce sont les articles 12 et 21 de l’arrêté ministériel du 15 février 2016 qui énoncent les obligations qui pèsent sur les exploitants des décharges qui, maintenant, s’appellent “joliment” installation de stockage de déchets non dangereux (ISDND)

La décharge de Sorbiers (05150) ne respectait pas du tout la réglementation quand climat05 s’est penché sur l’affaire : l’intégralité du méthane partait dans l’air (depuis 2011 !).

Ce sont des émissions irrégulières de gaz à effet de serre (GES) qui contribuent “inutilement” et illégalement au réchauffement climatique.

En mentionnant que c’est “inutilement”, nous soulignons que cette émission de GES de répond à aucune utilité : celui qui prend sa voiture émet des gaz à effet de serre mais cela, en contrepartie d’une fonction, se déplacer de son point de départ à sa destination. Dans le cas de l’ISDND, l’émission de méthane, évitable*, ne sert à rien.

De plus, elle est massive et illégale.

* nous précisons qu’aucune ISDND ne peut réussir à capter l’intégralité du biogaz : une part échappe nécessairement au réseau de collecte du biogaz et part dans l’air sous forme d’ »émissions diffuses”. C’est pour le surplus des émissions (la part des émissions qui peuvent être évitées et que l’exploitant ne se donne pas les moyens d’éviter) autour des 4/5ème de la production de méthane par le site, que l’exploitant du site de Sorbiers est coupable (au regard de la réglementation … et du climat).

  C’est cette pollution inutile et illégale que nous essayons de faire cesser.

Avant de nous immerger à nouveau dans le dossier “déchets-méthane-climat » , nous avons participé à la création d’une association nommée

« climat punitif »

pour, précisément, diffuser la notion de “climat punitif” présentée ici sommairement

Ceux qui s’opposent à des mesures sur le climat en les dénonçant comme étant de “l’écologie punitive” contribuent à ce que, faute d’avoir pris des mesures pour atténuer l’ampleur du réchauffement climatique, nous subissions prochainement un dérèglement climatique qui nous fera perdre bien plus de qualité de vie que les désagrément des mesures qu’ils ont empêchées de prendre en s’opposant à l’écologie soit disant punitive. 

L’objet est donc un combat culturel visant à faire perdre à la notion d’écologie punitive une partie de son succès. Pour cela, nous contribuerons à populariser l’idée d’une balance avec d’un coté de la balance les quelques désagrément des mesures de l’écologie prétendument punitive (rouler à 110 plutôt que 130 sur les autoroutes comme la convention citoyenne sur le climat proposait) de l’autre côté de la balance, les effets du dérèglement climatique, canicules, sècheresse, incendies, inondations, pertes de rendements agricoles, bien plus “punitifs” pour chacun que les mesures contestées. 

L’objet ultime est de contribuer par ce combat d’opinion à ce que des mesures significatives, à la hauteur des enjeux, soient prises et mises en œuvre.

QUELCLIMAT.FR, un site pour plusieurs

Le projet du site est double à savoir publier notre propre contenu mais aussi servir de plateforme informant de l’existence de sites très en lien avec ce que nous traitons.

Ce site est impulsé par climat05, petite association basée dans les Hautes-Alpes. 

Le site quelclimat.fr s’enrichira ce printemps de nos propres écrits et sera pour partie mis à disposition de groupes partageant les mêmes préoccupations : s’ils le souhaitent, des groupes comme par exemple le CCAPAS pourront y publier certains de leurs écrits pour faire circuler des informations comme pour animer des débats (CCAPAS = Collectif Citoyen pour un Autre Photovoltaïque dans les Alpes du Sud). 

Les associations CLIMAT PUNITIF, APPREME, et CLIMAT-PACA sont directement associées au projet du site QUELCLIMAT

pour nous contacter, quel que soit le sujet, mieux vaut écrire à climat05@gmx.fr